facebook

 

ACTES DU 1ER CARREFOUR INTERNATIONAL OVIN CAPRIN

programme avril 2015

DOSSIER DE PRESSE CIOC AVRIL 2015

——————-

EDITO de Jean Luc Chauvel, Président du CORAM, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture 

Le Carrefour International Ovin Caprin est un point de départ!capture-d-e-cran-2012-10-18-a-16.09.23

Depuis le lancement des travaux préparatoires de ce premier Carrefour il y a maintenant deux ans et demi, nous n’avons cessé de nous interroger sur la façon de construire une réflexion autour de la gestion et du développement des races locales au sein de leurs territoires autour de filières territorialisées.Force est de constater que cette question est aujourd’hui au cœur des débats politiques. L’avènement de la double performance économique et écologique de l’agriculture au niveau français et la montée en puissance du discours en faveur du maintien de la biodiversité domestique au plan européen (H2020) et international (rapports de la FAO et protocole de Nagoya) en est la démonstration. Preuve que le thème est d’actualité, nous avons le parrainage des Elus de Montagne et le Haut Patronage du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Je tiens d’ailleurs à remercier particulièrement l’ensemble de nos partenaires publics ou privés qui nous accompagnent financièrement. Merci aussi au comité scientifique et aux équipes organisatrices qui œuvrent à la préparation. Sans vous tous, nous ne pourrions organiser une telle manifestation.Ainsi, ce rendez-vous tombe à pic pour les filières petits ruminants. Les débats nous permettront de prendre de la hauteur sur les grands enjeux que sont :

- Le besoin de réfléchir sur l’organisation future de la gestion de la diversité raciale dans un contexte règlementaire européen en pleine mutation risquant de mettre à mal la mutualisation à la française.
– La nécessité d’échanger pour voir ce qui se réalise ailleurs et d’initier des partenariats européens voire internationaux. La voix des petits ruminants en général et des races locales en particulier doit se faire entendre sur nos préoccupations tant en terme de compétitivité territoriale, que de besoins d’innover.
– Le positionnement futur de la Recherche Publique sur les petits ruminants et la nécessité de redéfinir le partenariat public-privé.  Face à l’accélération de la mondialisation et de la planification entrainant la dématérialisation de l’économie et la consommation de denrées anonymes, il ne s’agit pas de sanctuariser des terroirs ou des races. Notre action veut valoriser les sources économiques issues des cultures transmises faites d’adaptation et d’optimisation. Savant équilibre entre les hommes, leur métier et leur milieu, la production identifiée est source de sécurité, de maintien des cultures et de relocalisation de valeur ajoutée sur nos territoires. Nous devons le réaffirmer auprès des organisations ou administrations nationales et internationales. Notre souhait est aussi d’échanger avec de nombreuses délégations étrangères sur ce qui nous rapproche : la nécessité impérieuse de maintenir une agriculture diversifiée, des races et des filières ancrées dans nos territoires et des productions de qualité, vitrines de nos terroirs.Eleveurs, Responsables Professionnels, Techniciens, Elus, Enseignants ou Chercheurs, mobilisons-nous au-delà pour faire de ces deux journées un moment de partage. Pour marquer aussi, je l’espère, le point de départ d’un programme de coopération sur la gestion et l’amélioration de nos races locales ayant comme double objectif, la préservation et l’amélioration de la valeur patrimoniale des espaces et des ressources naturelles et l’essor économique de nos territoires.

Jean Luc CHAUVEL – président du CORAM

__________

EDITO DE CAPGENES 

Pour la première fois, les filières petits ruminants se réunissent en colloque pour échanger sur la sélection et les races et je m’en réjouis. CAPGENES en tant qu’organisme et entreprise de sélection pour l’espèce caprine se retrouve au cœur de cette problématique avec 14 races à gérer répapresident2rties sur l’ensemble du territoire français. En partenariat avec les associations de race à faible effectif et les membres de France Génétique Elevage, CAPGENES  pilote les schémas de gestion de chaque race dont les objectifs varient : de la variabilité génétique, à la sélection sur les caractères laitiers, viande ou textile. L’expérience acquise par nos collègues ovins permettra d’enrichir la réflexion caprine car nos systèmes de production se ressemblent, les territoires aussi.  La mise en relation de nos réseaux et de nos partenaires de la recherche et du développement en France et à l’international sont aussi le moyen de renforcer les synergies entre nos filières et de faire émerger des projets de développement

___________

EDITO DU PRESIDENT DE L’UPRA LACAUNE

Initier de nouvelles collaborations pour la génétique ovine et caprine.Je suis heureux et fier de recevoir le premier  CIOC à Saint Affrique au cœur du territoire de nos races Lacaune lait et viande pour échanger sur l’amélioration génétique des petits ruminants.photo-comité-localTout d’abord, l’organisation de ces journées est le fruit d’un partenariat  entre Le CORAM (Collectif des races locales de massif), fédérateur des races locales en lien étroit avec les territoires et le Lycée Agricole de la Cazotte.  Cet établissement  apporte son appui en termes d’échanges, de transmission de savoir, de renouvellement des générations pour le maintien d’une production dynamique et performante. Ce rendez-vous se construit également  en étroite collaboration avec CAPGENE organisme de sélection caprin avec lequel nous partageons des problématiques et des projets  communs entre espèces de petits ruminants .L’UPRA Lacaune apporte quant à elle son expérience de sélection pour les races Lacaune lait et viande ancrées sur  leur terroir  à l’origine de produits alimentaires sous signe officiel de qualité dont le Roquefort est connu de tous.Le maintien d’une production de petits ruminants est nécessaire pour valoriser des régions  difficiles, pour développer des productions fruits de spécificités locales et contribuer au maintien d’activité économique et humaine.L’amélioration Génétique des races contribue largement au maintien ou même au développement des productions laitières ou allaitantes.  L’enjeu du 1er Carrefour International Ovin Caprin est de rassembler les spécialistes concernés par la sélection des petits ruminants, afin de favoriser les futurs échanges sur nos problématiques, affirmer la dynamique présente dans de nombreux pays, créer des liens de coopération et  faciliter le dialogue entre éleveurs, chercheurs, organisations de développement, enseignants …Je rappelle la nécessité de prendre en compte l’identité des ovins et des caprins dans les programmes de recherche et de développement internationaux, en effet nos espèces, bien qu’essentielles à la vie de certaines zones difficiles et  au maintien d’une agriculture au Sud  sont parfois oubliées dans leurs spécificités. L’attrait des scientifiques et l’intérêt des décideurs pour soutenir nos travaux sont nécessaires à la survie de nos programmes de sélection.     

La gestion des populations, la valorisation des races dans leur diversité, l’innovation ainsi que la gouvernance de nos organisations sont au cœur de nos préoccupations.Quelque soient les problématiques locales de chaque participant, je suis convaincu que les échanges  qui naîtront de ces deux journées seront  une source de richesse pour tous.

En toute convivialité Je vous donne donc rendez-vous les 8 et 9 avril à St Affrique pour  initier des échanges, et surtout poser les bases de nouvelles collaborations pour  la génétique ovine et caprine.

Le président de l’UPRA Lacaune

Frédéric  Calas

___________

 

Edito de François Giacobbi, Président du Lycée agricole La Cazotte

 Le lien précieux entre recherche, profession, lycée sera un atout de ces deux journées 

Organiser le CIOC avec nos partenaires est pour le lycée un défi et s’inscrit néanmoins dans la logique suivie au cours des ans par notre établissement.  Le lycée, la profession et la recherche ont en effet toujours été très liés. C’est là une des particularités de notre établissement

Un défi car, organiser un tel événement n’est pas une mince affaire. Nous avions l’habitude du festival de la brebis tous les 4 ans, mais son organisation devenait trop lourde en terme financier et de charge de travail pour les agents du lycée ainsi que pour le corps enseignement. L’idée à alors germer d’organiser un rendez-vous plus scientifique et plus centré sur le progrès de l’élevage en général et de la génétique en particulier. Le tout étant relié à la problématique des petits ruminants, ovins et caprins. Une réflexion et une démarche menées avec nos partenaires que sont l’UPRA Lacaune et le CORAM  élargie ensuite à l’ensemble de nos filières et au monde de la recherche. Le « Carrefour International Ovin- Caprin » était né.

La logique d’une liaison forte entre Profession et Lycée est historique au lycée La Cazotte. La profession a voulu ce lycée et y a toujours été fortement présente. Une partie de l’exploitation du Lycée, par exemple, est menée en bio sur des terres mises à disposition par la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron. La création de « licences bio et cheval » s’est faite en étroite collaboration entre professionnels, filières et établissement. C’est  dans cette dynamique que s’inscrit le Carrefour, des enseignants, des lycéens, des étudiants y participeront. Le lien précieux entre recherche, profession, lycée est ainsi mis en valeur et sera un atout de ces deux journées.  Les chercheurs français et étrangers montrent  un réel intérêt pour ce Carrefour et les échanges qu’il ne manquera pas de susciter.

Ces deux journées seront aussi une belle démonstration du dynamisme qui caractérise notre élevage qu’il soit ovin ou caprin et ce malgré les moments de doute parfois durs à surmonter.

L’avenir de l’élevage passe par des éleveurs motivés, fiers de leur métier, de leur pays mais aussi par une recherche et des filières à l’écoute des problèmes des paysans. Une bonne entente de tous est le gage de réussite pour l’élevage dans nos régions parfois difficiles. Recherche, enseignement, éleveurs réunis dans ce colloque démontre la confiance que nous avons dans l’avenir de notre agriculture pour peu qu’on lui en donne les moyens.

———-

 

Le Premier Carrefour International Ovin/Caprin est co-organisé par trois partenaires : l’Unité Pour la RAce Lacaune (UPRA Lacaune), du COllectif des RAces locales des Massifs (CORAM), du Lycée Agricole La Cazotte de Saint-Affrique (Aveyron). La filière caprine, soumise aux mêmes problématiques que l’élevage ovin, est aussi associée à la manifestation avec la participation de Capgènes (organisme et entreprise de sélection caprin).

Ce rendez-vous organisé, les Mercredi 8 et jeudi 9 avril 2015 à Saint Affrique, permettra d’engager un travail de DSCN6460fond sur la sélection génétique des petits ruminants, laitiers ou allaitants. Le maintien des races sur leur territoire, la pérennité des élevages et l’attrait du métier d’éleveur nécessitent une rentabilité économique et obligent donc notamment à une amélioration constante de la performance des troupeaux (système de production, adaptation au milieu, rusticité…). La pérennité d’un maximum de races de petits ruminants, leur maintien sur leur territoire d’origine, leur développement passe nécessairement par une progression des résultats technico-économiques des élevages, donc en partie par le progrès génétique.

—————

DES INTERVENANTS DU MONDE ENTIER

Lors de ce Carrefour International Ovin Caprin des intervenants venant d’Irlande, d’Hongrie, d’Italie, du Maroc, d’Espagne, de Grèce, de Nouvelle Zélande, du Pays de Galles, de Tunisie ….

CARTE

 

 

bandeau sitre internet